Votre navigateur ne supporte pas JavaScript!
Réunion statutaire-conférence du 25 février 2014 au Majestic

Réunion statutaire-conférence du 25 février 2014 au Majestic

 REUNION STATUTAIRE  DU 25 février 2014 au MAJESTIC

Présents: Jacques MOUSSAUD, Anne-Laure CHAUVEAU, Jean-Marie QUEYROUX et son épouse Paule, Jean-René PALLIER, Yannick BOYER,  Annick LAIRY et Maïté une de ses amie, Christian BELLANGER, Françoise GAUCHARD-ROBIN, Véronique DELHOMMEAU, Georges-Marie AYMERIC, Patrick   CASTELAIN et son épouse Nathalie, Vinicius FONTES, Didier LEGUILLON, Jean-Pierre NOIRTIN et son épouse Brigitte, Jean-Claude LUISETTI, son épouse Brigitte et leur petite fille Apolline ainsi que leurs amis Hubert et Muriel GUETEMALFRADE.

 Absents ou Excusés: Jacques POUCHUS, Herbert LLORENS, Jacques MAHE, Georges FONTAINE Catherine BAILHACHE, Stéphane FOUERE, Patrick SCULO, Christian SAUDEAU, Serge HEITZ.

Accueil des membres par le protocole BELLANGER Christian et le président Georges-Marie AYMERIC.

Début de séance à 20h00

  • Introduction et mot du président :

Le président remercie Jean-Claude LUISETTI, d’être présent et de nous exposer sa conférence sur Chopin en partageant une de ses passions, celle de la musique classique.

Georges-Marie Aymeric, précise que le programme du mois de mars subit quelques modifications. La réunion du comité n’aura pas lieu le 12 mars, comme mentionné, mais le 5 mars aux horaires habituels. Il rappelle que le 22 mars aura lieu à Cholet la conférence de district, la secrétaire enverra aux membres le programme, ceux qui souhaitent y participer doivent le préciser afin que les inscriptions soient faites et que le trésorier puisse établir le règlement en lien.

Conférence musicale sur Chopin, sa vie et ses œuvres.

1810-1849 Chopin a écrit 196 compositions pour piano, 7 pour piano et orchestre et 4 de musique de chambre. Il a un parcours musical qui se déroule tout au long de sa vie. Pour la gagner, il donnait des cours. Il improvisait beaucoup et toute retranscription n’était pas possible.

Né en Pologne en 1810, il reçoit sa première leçon de piano de sa mère en 1816, ensuite il a un professeur avec lequel il étudie les musiques de Bach et Mozart.

En 1817,il écrit sa première composition, il a 7 ans, c’est une polonaise pour piano forte. Plus tard, très patriote, il se lie d’amitié avec des représentants de l’école romantique et patriotique polonaise. Sa sœur, Emilia, mourut en 1827 de la tuberculose pulmonaire. Cet évènement tragique l’affecta beaucoup et longtemps.

En composant Chopin regarde ce qui se passe autour de lui, il est impressionné par Paganini.( et écrit souvenirs de Paganini)

Chopin aimait jouer pour improviser, pour de petits groupes de personnes, car il n’aime pas donner des concerts. Il n’apprécie pas ce type de prestations, trop impersonnelles. Ce comportement est sans doute lié, aussi, à une certaine timidité.

Après un concert d’adieu, il quitte Varsovie le 2 novembre 1830, après une étape à Prague, il arrive le 23 novembre 1830 à Vienne. Puis en septembre 1831, il arrive à Paris après être passé par Stuttgart. Il habite boulevard Poissonnière. Son professeur est Elsner, l’élève dépasse rapidement le maître. A Paris, Chopin rencontre de nombreux artistes dont Camille Pleyel, le célèbre fabricant de piano avec lequel Kalkbrenner est associé. Il travaille avec ce dernier contre l’avis d’Elsner et de ses autres amis dont Mendelssohn.

Il écrit une musique romantique torturée, à contrario il va aussi écrire de nombreuses Mazurka, qui sont au départ des chants populaires polonais, œuvres assez courtes. Chopin est un mondain, il a des élèves au sein de la bonne société , en 1832, à 22 ans,il fait la connaissance de Berlioz et écrit en autre le Prélude n°7 en la majeur, qui est l’œuvre la plus courte qu’il est composée .

En décembre 1833, il est au conservatoire de Paris où il rencontre Liszt. Il existe une rivalité entre les deux virtuoses. Chopin est plus discret, face à Liszt qui est plus extraverti et qui se produit en concert afin de montrer sa virtuosité, car il possède une vélocité incroyable .De nombreuses anecdotes existent à propose de leurs « chamailleries ».(Valse en Si Rêve d’amour de Franz Liszt)

A 25 ans, il est déjà très malade, amoureux, il écrit une valse en la bémol majeur, op 69, n°1.

La technique pianistique de Chopin nous est démontrée par notre conférencier en écoutant 2 exemples de préludes, un où la mélodie simple à main droite et exceptionnelle à main gauche et ensuite il est capable de faire l’inverse. Chopin enseignait à ses élèves une conception personnelle de la musique, le romantisme le caractérise.

On ne sait pas quand George Sand apparaît, mais le 5 décembre 1836, il organise une soirée chez lui,où elle est présente.

A 27 ans , il a une vie festive à Londres. En 1838, un article élogieux sur lui, écrit par Heinrich Heine, qui scelle les images dont se nourrissent jusqu’à nos jours le romantisme . Il affirme que l’artiste est un être dévoué à son art, que sa technique y est asservie, il souligne la chevaleresque et la souffrance polonaise, l’élégance française et la profonde rêverie allemande.

A 28 ans George Sand, divorcée, débute une liaison amoureuse avec lui, intellectuelle, c’est la rencontre de 2 personnalités fortes, artistiques. Elle s’inquiète beaucoup pour la santé de Chopin . C’est pour cette raison qu’ils voyagent à Majorque puis à Valdemosa, mais le logement est extrêmement humide et froid ce qui n’arrange pas la santé déjà fragilisée de Chopin.

De retour à Paris, il s’installe chez George Sand, rue Tronchet, il donne des cours dans un appartement sans soleil, à nouveau froid et humide.

Le 26 avril 1841, il donne un concert public, après 8 ans d’absence, chez Pleyel, où le tout Paris lui fait un triomphe. Dès lors, il passe les étés à Nohant et les hivers à Paris. Puis le 21 février 1842, nouveau concert et succès encore plus grand. Il obtient encore plus de retombées financières que pour le précédent. Il reçoit Delacroix à Nohant, dans la demeure familiale de George Sand, mais déjà la relation entre les 2 amants n’est plus ce qu’elle était.

A 37 ans, la rupture avec George Sand est consommée et définitive, elle la scelle en lui adressant une lettre en date du 28 juillet. A Paris, il se rapproche alors de la diaspora polonaise. La révolution de 1848 laisse Chopin sur la réserve, il prend ses distances avec les socialistes, tandis que George Sand s’engage, et engage sa plume en faveur du mouvement républicain.

15 mai 1848, il se produit devant la famille royale à Londres.

Une chose inexplicable, il a écrit le concerto n°2 avant le n°1.

Puis déjà épuisé par la maladie, vers la fin de sa vie, il sera beaucoup mois actif. Il meurt en 1849.

Il est à mentionner que certains artistes contemporains,comme Serge Gainsbourg, se sont largement inspirés de son œuvre.

Le président a remercié le conférencier pour la qualité de sa prestation.

Fin de séance 21h10, après des échanges conviviaux.

CHAUVEAU Anne-Laure, secrétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*